Catégories

Nouvelles

Capsule DD: À la santé des boisés…et à la nôtre!

13 juillet 2017

Saviez-vous que le travail d’entretien des espaces verts et des boisés de l’Équipe Terrains et voirie du Service des immeubles contribue à la santé de toute la communauté universitaire?

 

En effet, les arbres nous protègent de la pollution de l’air apportée par les voitures. Cette pollution accroît le risque de maladies respiratoires et cardiaques [1]. Considérant, selon une évaluation sommaire, que 14 000 véhicules circulent en moyenne par jour sur le campus et que 40 000 véhicules circulent par jour sur le boulevard Laurier et sur l’autoroute Robert-Bourassa [2], l’Université Laval est dans une situation «géographique» avec un potentiel réel de pollution qui pourrait avoir un effet néfaste sur la santé.

 

Heureusement, le campus, qui occupe une superficie totale de 1,8 km2, compte 17,2 % (309 600 m2) de boisés et 46,4 % (835 200 m2) d’espaces verts [3]. Leur présence nous «protège» en bonne partie de cette pollution et de ces effets nocifs.  En effet, l’effet bénéfique des arbres est démontré dans plusieurs études, notamment en interceptant les particules de poussières, en réduisant la concentration d’ozone dans l’air et enfin, en séquestrant les métaux lourds [4,5]. Également, la ceinture d’arbres du boulevard Laurier fait office d’écran à particules et de capteur de CO2.

 

L’Équipe Terrains et voirie du SI joue un rôle important dans la pérennité de ces boisés. Leurs actions concrètes essentielles permettent ainsi de conserver un campus sain pour chaque personne qui le fréquente.

 

Références

[1] Maas et collab., 2006 – Pays-Bas

[2] Voir Région Chaudière-Appalaches, Agrandissement Québec sur le site de Transports, Mobilité durable et Électrification des transports

[3] Voir figure 2.2 du Plan directeur du patrimoine naturel du campus de l’Université Laval, septembre 2013

[4] Les espaces verts urbains et la santé – INSPQ

[5] Verdir les villes pour la santé de la population – INSPQ

Documents à consulter

Espaces boisés du campus de l’Université Laval – CAMEO